Une bastide au style gustavien

Le 1 avril 2009 - Art & Décoration

Dans un vaste domaine viticole, face à la montagne Sainte-Victoire, une bâtisse du XVIIe siècle joue la carte des tons clairs et de l’épure. Un style gustavien qui donne à l’art de vivre provençal un charme hors du temps. Reportage réalisé par Bettina Lafond. Photos Pierre-Jean Verger.

A quelques kilomètres du village médiéval de Trets, face à la montagne Sainte-Victoire, le domaine de Grand Boise s’étire sur 450 hectares de collines, de vignobles en coteaux, de forêts de chênes, cyprès et oliviers. Ce site tout à fait exceptionnel compte pas moins de 37 kilomètres de pistes qui desservent les différents vignobles et les bâtiments de la propriété. L’habitation principale porte le nom du domaine. C’est une belle bastide, dont on aperçoit la façade majestueuse depuis la route. Le corps de bâtiment, construit en 1610, fut agrandi, plus tardivement, par deux ailes latérales. Restée aux mains de la même famille pendant près de quatre siècles, la bâtisse a traversé le temps sans en subir les outrages et sans faire les frais de modernisations excessives. Il y a deux ans, le domaine a changé de propriétaire. Et le nouvel occupant a décidé de remettre en état le bâti de la propriété. La maison, jamais abandonnée mais défraîchie, est alors entièrement rénovée. Le chantier est confié à la décoratrice d’intérieur Nathalie Vingot-Mei.

Aidée par l’architecte tourangeau Jean-Louis Delagarde, qui prend en charge le suivi technique, elle se fixe pour règle de préserver tout ce qui peut l’être. « La bastide était restée dans son jus. Nous avons conservé tous les éléments d’origine qui faisaient sa beauté : tomettes anciennes et sols en marbre provenant de la carrière du domaine, poutres apparentes, cheminées, moulures... » Les volumes restent intacts, la distribution des pièces n’est que peu modifiée. Seules les chambres de bonnes du dernier étage sont transformées en chambres d’amis, et trois salles de bains supplémentaires créées en lieu et place de placards.

Une fois le bâtiment rénové, Nathalie peut s’atteler à un autre chantier, d’envergure lui aussi : l’ameublement et la décoration intérieure. « La bastide était vide, se souvient elle. J’avais carte blanche et j’ai choisi, sans trahir l’origine provençale de la maison, de privilégier des couleurs claires, afin de recréer une atmosphère douce et sereine, comme si le temps était soudain suspendu. » Si l’ensemble fait preuve d’une belle cohérence, chaque pièce est conçue comme un univers à part entière avec son thème ou sa gamme chromatique particulière. La décoratrice ne laisse rien au hasard. Peintures murales, textiles, patines des meubles et petits objets de décoration s’accordent dans les moindres détails et forment des compositions très abouties, pleines de poésie, dont émane comme un parfum de nostalgie.

Pour trouver l’objet juste, Nathalie chine à Aix, Avignon ou L’Isle-sur-la-Sorgue, mais n’hésite pas non plus à mélanger meubles anciens et modernes qu’elle fait patiner par des artisans pour qu’ils soient dans le ton. Elle « monte » aussi volontiers à Paris, pour arpenter le marché Saint-Pierre à la recherche d’un tissu précis, ou prendre le temps de choisir une réédition de tapis ou de lustre anciens. « La maison est très grande et il fallait la rendre facile à vivre. J’ai cherché à concilier confort et style pour redonner à cette demeure familiale toute sa convivialité. » Défi relevé. Au terme de sa rénovation, le lieu a retrouvé son faste et sa magie d’antan,sans rien perdre de sa vocation familiale. On s’y retrouve donc à nouveau pour passer de bons moments, partager un repas et savourer un vin du domaine, bien sûr..

Et aussi...

+ d'actualités

Commentaires

Aucun commentaire

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

Aucun commentaire n'a encore été déposé. Soyez le premier à donner votre avis !

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances
Votre projet 3D