Découvrez les coulisses de l’Opéra de Lyon…

Le 28 août à 14h17 - par - Art & Décoration

Les patrimoines cachés. Voici le thème de la 29e édition des Journées Européennes du Patrimoine qui auront lieu les 15 et 16 septembre prochains dans toute la France. Partenaire de l’événement, Art&Décoration a pu découvrir en exclusivité l’un des lieux les plus mythiques et secrets de la belle ville de Lyon : son Opéra.  Réhabilité par Jean Nouvel en 1993, ce bâtiment s’inscrit dans l’histoire entre vestiges du passé et design spectaculaire

  • 1/12
    Exterieur opera de lyon visite

    Chacune des réalisations de l’architecte Jean Nouvel s’inscrit dans un contexte, une histoire. L’Opéra de Lyon en est la parfaite démonstration. Ici, Jean Nouvel n’a pas travaillé ex nihilo mais à partir d’un théâtre de style néo-classique datant de 1831 dont il a conservé les hautes façades originelles.

    Évidés, ces hauts murs percés d’arcades ouvrant sur un péristyle entretiennent aujourd’hui un dialogue étroit avec une architecture contemporaine de métal et de verre, dont transparaît, vue de l’extérieur, une imposante verrière demi-cylindrique qui s’illumine à la nuit tombée.

    Photo : De hautes façades en pierre de style néo-classique, une impressionnante verrière semi-cylindrique de métal et de verre, Jean Nouvel a joué sur les contrastes d’époque et de matériaux.

  • 2/12
    Vestige opera de lyon visit

    Vestiges de l'édifice originel, huit muses continuent de veiller sur ce lieu de création. Deux d'entre elles ont été réalisées par le sculpteur Guillaume Bonnet (1820-1873)

  • 3/12
    Hall accueil opera de lyon

    Une fois les arcades et le péristyle franchis, le contraste est saisissant. Entièrement vitré, le hall d’accueil présente un impressionnant jeu de volumes, de lumières et de reflets. Des escaliers strient l’espace, dont la partie centrale est occupée par une immense coque noire brillante où loge la scène de l’Opéra. 

    Photo : Dans le hall d’accueil, les parois de laque noire et les parois vitrées se reflètent, et réverbèrent la lumière de façon spectaculaire.

  • 4/12
    Vestige du theatre opera de

    Le spectacle commence ici et se poursuit lors du cheminement vers cette grande scène. Escalators, passerelles et platelages à bastingage multiplient les angles et les perspectives tout en reflets, en contrejours et en transparence sur cet espace. Au niveau du parterre, le grand foyer, avec ses stucs, dorures et fresques, est un vestige du théâtre originel qui se pose en contrepoint de façon saisissante avec le bâtiment imaginé par Jean Nouvel.

    Photo : Vestige du théâtre de 1831, le grand foyer a conservé son décor originel de stucs et de dorures, qui se reflètent sur le sol en granit noir poli.

  • 5/12
    Loges opera de lyon visite

    Contraste des époques, des zones d’ombre et de lumière, des hauteurs sous plafond tantôt vertigineuses tantôt basses, l’œil part en quête de repères pour se situer dans l’espace. Repères d’autant plus nécessaires que l’édifice s’offre comme un immense dédale, où l’omniprésence du noir confond tous les contours. Comme les lanternes rouges extérieures qui invitaient le public à pénétrer dans l’édifice, des sas aux murs tendus de soieries rouges attirent irrésistiblement les spectateurs et précèdent leur entrée dans la grande salle.

    Photo : Des loges façon cabines de paquebot, une salle de spectacle dans une coque, Jean Nouvel a multiplié les références à la navigation.

  • 6/12
    Restaurant opera de lyon vi

    Même code couleur pour les coulisses du restaurant Les Muses de l’Opéra, situé au 7e étage du bâtiment.

  • 7/12
    Couloirs opera de lyon

    Des sas tendus de soie rouge, la couleur du théâtre par excellence précèdent l’accès à la grande scène.

  • 8/12
    Salle opera de lyon visite

    Dans sa coque de laque noire aux formes voluptueusement arrondies, la grande salle poursuit à son tour le dialogue entre tradition et modernité. D’une configuration classique à l’italienne, elle dissimule dans ses parois une imposante structure de poutres métalliques et de piliers en béton qui font de sa réalisation une véritable prouesse technique.

    Au dos des sièges centraux du parterre et des six balcons, les diffuseurs en fibres optiques qui l’illuminent ne sont pas sans rappeler à leur tour la lumière des bougies qui éclairaient les théâtres du XIXe siècle.

    Photo : Depuis les balcons, le regard plonge sur la salle et la scène, éclairées par des diffuseurs en fibres optiques qui les nimbent d’un halo doré.

  • 9/12
    Repetition opera de lyon vi

    Lieu de spectacles, l’Opéra de Lyon est aussi un lieu de travail et de création. Ses artistes disposent de vastes et agréables espaces pour préparer leurs représentations. Sous la haute verrière vitrée, les danseurs de la compagnie du ballet de l’Opéra bénéficient de deux magnifiques studios de répétition, dont l’un entièrement vitré offre une superbe vue sur la cité lyonnaise.

    Photo : Sous le dôme vitré, au dernier niveau de l’édifice qui en compte dix-huit, les danseurs du ballet de l’Opéra répètent et s’entraînent dans un cadre exceptionnel.

  • 10/12
    Salle de repetition opera d

    Dix-sept niveaux plus bas, ce sont les chanteurs, metteurs en scène, musiciens et chefs d’orchestre qui travaillent à la mise au point de leurs opéras, dans un volume identique à celui de la grande salle. Décors et orchestre y sont plantés, dans les conditions des représentations à venir.

    C’est tout un monde d’artistes et de techniciens, cent trente-cinq permanents dans la première catégorie, cent cinq dans la deuxième, qui travaillent et répètent inlassablement, à l’abri des regards, en attendant le lever de rideau…

    Photo : Située au niveau 5, la salle de répétition est de dimensions équivalentes à celle de la grande scène. Elle offre aux artistes un grand confort de travail.

  • 11/12
    Coulisses opera de lyon

    Les coulisses abritent les indispensables espaces maquillage, costumes et coiffure.

  • 12/12
    Couv art et deco481

    >> Plus d’idées pour la maison dans Art&Décoration

    >> A l'occasion des Journées européennes du patrimoine, découvrez L'étonnante restauration du château de Champs-sur-Marne

Chacune des réalisations de l’architecte Jean Nouvel s’inscrit dans un contexte, une histoire. L’Opéra de Lyon en est la parfaite démonstration. Ici, Jean Nouvel n’a pas travaillé ex nihilo mais à partir d’un théâtre de style néo-classique datant de 1831 dont il a conservé les hautes façades originelles.

Évidés, ces hauts murs percés d’arcades ouvrant sur un péristyle entretiennent aujourd’hui un dialogue étroit avec une architecture contemporaine de métal et de verre, dont transparaît, vue de l’extérieur, une imposante verrière demi-cylindrique qui s’illumine à la nuit tombée.

Photo : De hautes façades en pierre de style néo-classique, une impressionnante verrière semi-cylindrique de métal et de verre, Jean Nouvel a joué sur les contrastes d’époque et de matériaux.

+ de diaporamas

Commentaires

Aucun commentaire

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

Aucun commentaire n'a encore été déposé. Soyez le premier à donner votre avis !

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances

S'abonner au magazine

Art & Décoration n° 492 >> Vos rendez-vous AIR DU TEMPSDes cadeaux à tous les prix EXPOSITIONPicasso céramiste à...

S'abonner Sommaire
Votre projet 3D