Le jardin sur la falaise

Le 9 juillet à 16h22 - par - Mon Jardin & ma maison

Dompter la paroi rocheuse en lui gardant sa beauté naturelle, tel est le pari magnifiquement réussi du paysagiste John Hodder, qui a installé ses plantes préférées face au port de St Peter, à Guernesey.

  • 1/12
    Les murets du jardin

    Imaginez une falaise à la beauté sauvage, envahie par les bruyères et bon nombre de plantes endémiques qui fleurissent ces paysages inoubliables des côtes de Guernesey… En cinq ans, avec beaucoup d’énergie (et de moyens), le talentueux paysagiste John Hodder en a fait ce jardin exceptionnel, qui surplombe la mer et entoure la maison sur trois côtés !

    Sur la photo : Les murets, construits avec le granit local, coupent la pente. Les phormiums, résistants aux embruns, sont choisis pour la diversité et la beauté de leur feuillage.

  • 2/12
    Jardin sur falaise

    Il avait pour mission « de créer quelque chose de bien, qui soit beau toute l’année et offre un écrin à l’habitation ». Ses seules contraintes sont donc venues de la nature, avec le relief qu’il a fallu maîtriser, et les éléments climatiques qui influencent le choix des plantes.

    Sur la photo : Face à la mer, sur un sol sec et bien drainé, les lavandes et les pélargoniums s’étalent avec aisance. Le chemin est recouvert de ciment imitant l’ardoise, dans des tonalités foncées pour limiter la réverbération.

  • 3/12
    Vue plongeante sur la vegetation exuberante

    Celles-ci doivent être résistantes aux embruns et au vent froid venant de l’est certains jours, même si la douceur de Guernesey reste l’un des principaux attraits de l’île. John aime les plantes autant que les défis !

    Sur la photo : Vue plongeante sur la végétation exubérante. Les rosiers rouges, venus d’un autre jardin, sont bordés de sédums et de mésembryanthémums. Le toit de l’abri est recouvert du rosier ‘Rambling Rector’ et de Clematis montana. Devant, les masses dorées et pourpres des variétés de Fuchsia magellanica choisies pour le feuillage plus que pour la fleur.

  • 4/12
    muret habille de vigne vierge

    Il n’a pas dessiné de plan mais, après défrichage, équipé de ficelles et d’échelles, il a tracé les chemins et les murets, qui ont permis de stabiliser le terrain. Pour maintenir la terre en place, il a décidé de laisser les racines des arbustes sauvages et les gravats retrouvés là, issus de la dernière guerre.

    Sur la photo : Le long du chemin, la vigne vierge (Parthenocissus) habille le muret, tandis que la vigne d’ornement (Vitis coignetiae) court sur des fils tendus entre des poteaux, nécessaires pour la sécurité.

  • 5/12
    Vue sur le port de St Peter

    Aucun apport de « bonne » terre n’a été nécessaire ; le sol sec et bien drainé convient à bon nombre de plantes. L’expérience des jardins qu’il a réalisés sur l’île et ses souvenirs d’enfance, dans son jardin français, entre Saint-Brieux et Dinan ont fait le reste.

    Sur la photo : Vue sur le port de St Peter, depuis la terrasse bordée des masses imposantes de calendula, du céanothe et des semis spontanés de Verbascum. Les calendulas et céanothes sont taillés très régulièrement durant l’été, pour leur permettre de garder un port harmonieux et de résister à l’hiver.

  • 6/12
    Vegetaux plantes en masse

    John voulait des plantes qui soient belles le plus longtemps possible. C’est un succès avec les graminées, qui allongent la saison estivale. Car, si les arrosages ont été copieux les deux premières années, les plantes se débrouillent seules maintenant.

    Sur la photo : Les végétaux sont plantés en masse, comme ce Senecio qui offre une floraison jaune très dense, qui s’étale dans la pente.

  • 7/12
    paysagiste John Hodder

    Il a donc abandonné l’idée d’installer des hortensias , par exemple. Et teste la résistance des plantes succulentes, qu’on ne voit pas encore sur ces photos de l’été précédent, mais qui l’enthousiasment. Si un jardinier passe chaque semaine pour mettre en ordre les massifs et suivre les instructions de John, le paysagiste se réserve les travaux de taille.

    Sur la photo : John Hodder, paysagiste créateur de ce jardin hors norme. Ici, au milieu des Stachys lanata.

  • 8/12
    Phormiums

    « C’est très important de couper soigneusement les fleurs au fil de l’été. Cela permet de garder un port dense et harmonieux. Les calendulas, par exemple, si vous les coupez seulement en fin de floraison, juste avant l’hiver, ils vont disparaître. Je les taille un tout petit peu, très régulièrement, et ils sont magnifiques ! C’est vrai aussi avec les séneçons , les céanothes, les lavandes… » .

    Sur la photo : Si les phormiums ont été choisis pour la beauté de leurs feuilles persistantes en rubans, leur floraison est loin d’être négligeable ! Ici, des variétés pourpres ou panachées, avec des graminées blondes ou vertes et des lavandes.

  • 9/12
    lavandes, graminees et phormiums

    En cinq années, la végétation a bien progressé. John souhaitait un jardin qui s’intègre dans le paysage, avec beaucoup d’espèces persistantes, comme les phormiums , les cistes, les grisélinias, les bruyères, les armérias…

    Sur la photo : Le trio qui compose l’ossature de cette partie du jardin et lui permet de rester attrayante toute l’année : lavandes, graminées et phormiums, le tout planté en nombre.
     

  • 10/12
    Plantes tapissantes

    Il ne voulait pas envahir la falaise, mais la planter en préservant un effet naturel. Car, comme il le souligne : « C’est une grande joie de voir fleurir les plantes sauvages » !

    Sur la photo : Près de la maison, les plantes tapissantes sont privilégiées, avec les sédums et lavandes en bordure, et l’origan qui forme une lumineuse coulée dorée. Tous sont taillés avec soin, pour respecter l’équilibre des masses colorées.
     

  • 11/12
    Cordylines

    L’entrée principale, exposée au sud, annonce la forte pente ! C’est le royaume des cordylines qui cachent la maison voisine.
     

  • 12/12
    jardin de bruyeres

    Le jardin de bruyères, près de l’entrée, est composé pour être beau l’hiver, au moment de leur floraison. Elles sont plantées par groupe de 20 à 30 pieds de chaque variété. Toute l’année, leur feuillage persistant assure un lien végétal entre les différentes plantes, dont les spectaculaires échiums, ici en fleur.

Imaginez une falaise à la beauté sauvage, envahie par les bruyères et bon nombre de plantes endémiques qui fleurissent ces paysages inoubliables des côtes de Guernesey… En cinq ans, avec beaucoup d’énergie (et de moyens), le talentueux paysagiste John Hodder en a fait ce jardin exceptionnel, qui surplombe la mer et entoure la maison sur trois côtés !

Sur la photo : Les murets, construits avec le granit local, coupent la pente. Les phormiums, résistants aux embruns, sont choisis pour la diversité et la beauté de leur feuillage.

+ de diaporamas

Commentaires

Aucun commentaire

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

Aucun commentaire n'a encore été déposé. Soyez le premier à donner votre avis !

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances
Votre projet 3D