Une cuisine ouverte et bien pensée

Le 25 juin à 17h51 - par - Maison & Travaux

Qu’elles s’ouvrent partiellement ou en totalité, les cuisines repoussent les murs pour faciliter les échanges. Tendance conviviale à savourer !

  • 1/22
    cuisine ouverte sur sejour

    Modulation à la carte

    L’objectif visait à transformer cette cuisine initialement fermée en un espace ouvert sur le séjour. En jouant sur la mobilité d’une cloison vitrée, la pièce paraît, à surface égale, nettement plus grande.

    A l’origine, la cuisine enfermée entre ses quatre murs puisait la lumière par la fenêtre donnant sur la cour. Désireux d’échapper à l’exiguïté de la pièce, les propriétaires ont fait appel à un architecte afin qu’il trouve une solution qui n’exigerait pas de modifier le volume.

    Sur la photo : Entre la cuisine et le passage d’accès au séjour, le couloir gagne en lumière. La perspective sur les pièces est préservée, que la cloison soit ouverte ou fermée.

    © Antonio Duarte

  • 2/22
    vantaux cuisine

    Une idée lumineuse

    Le mur mitoyen au couloir étant parallèle à un large passage ouvert sur le séjour, il suffisait de l’abattre pour profiter de cette perspective. Toutefois, couloir et cuisine ne pouvaient être réunis ; une séparation a donc remplacé la cloison, permettant de conserver visuellement l’enfilade.

    Le verre s’est alors imposé. En associant la transparence à la mobilité, l’ouverture reste modulable au gré des envies et des heures de service.

    Sur la photo : Les vantaux se déplacent aisément grâce aux guides intégrés dans le rail inférieur. Celui-ci dessine une ligne graphique dans le plan de travail en béton. 

    © Antonio Duarte

  • 3/22
    plan cuisine ouverte

    Comme un accordéon

    La cloison vitrée est constituée de vantaux pliants de 130 cm de hauteur qui coulissent dans des rails haut et bas, intégrés dans le faux plafond surbaissé et dans le plan de travail en béton ciré . Des supports métalliques vissés sur les poutres porteuses reprennent le rail haut.

    Les déplacements sont facilités par des chariots (en partie haute) et des guides roulants (en partie basse). Parfaitement intégrés dans les rails en forme de U (25 x 25 mm), ils sont fixés sur les châssis métalliques constitués de cornières en 20 x 30 mm. Les vitrages de 4 mm d’épaisseur sont maintenus en feuillure par des parecloses de 20 x 20 mm.

    Le système s’avère doublement astucieux car il offre une mobilité intégrale du cloisonnement. Il peut être fermé pour que, lorsque l’on se tient au salon, on ne subisse pas les “bruits de cuisine”, ou totalement ouvert car les vantaux qui se plient sur eux-mêmes peuvent être déportés latéralement et plaqués contre le mur.

    La porte d’accès à la cuisine joue également la transparence; elle est constituée de deux vitres montées sur un châssis métallique semblable à celui des vantaux (Serrurerie Atelier Popelin).

  • 4/22
    cuisine ouverte rouge

    L’aménagement de la cuisine

    Choisi chez Ikea, le mobilier dont les façades sont en décor rouge brillant et les chants en aluminium anodisé crée ici une composition originale (modèle “Abstrakt” rouge). Sous la cloison vitrée de 130 cm de hauteur, des caissons muraux ont été posés au sol, préférés aux meubles bas traditionnels pour leur profondeur de 34 cm sur une hauteur de 92 cm.

    En ajoutant des pieds en tôle pliée (plus résistants que ceux d’origine), dissimulés par une plinthe en acier posée en retrait, ils constituent un linéaire de 112 cm de hauteur, auxquels s’ajoutent les 4 cm du plan de travail . Celui-ci est débordant sur trois côtés ; il mesure 98 cm de largeur de telle sorte que les vantaux s’articulent perpendiculairement sans le dépasser.

    En vis-à-vis, un autre linéaire s’inscrit sous la fenêtre. Il s’agit là de caissons standard “bas” dont les dimensions permettent d’encastrer les éléments techniques tels que le four, une table de cuisson mixte à induction et gaz (Brandt), sans oublier le lave-vaisselle et le double évier en Inox.

    Sur la photo : La cloison vitrée peut se rabattre contre le mur. Le plan de travail s’inscrit alors comme un bar, transition conviviale. Il facilite le passage des plats et fait office de desserte à l’heure des repas. Dans l’angle, les profils du rail sont arrondis pour rendre plus aisé le passage des roulettes et rabattre les vantaux.

    © Antonio Duarte

  • 5/22
    porte vitree cuisine ouverte

    Les plans de travail

    Ils signent l’originalité de la cuisine par leur conception singulière et le béton choisi pour leur fabrication (B-ton Design). Le plan intermédiaire entre cuisine et couloir est constitué de neuf modules de 30 mm d’épaisseur qui reposent sur une cornière d’entourage de 40 mm de hauteur et sur une structure en échelle fabriquée en tubes carrés (40 x 40 mm) soudés à l’intérieur du cadre, au nu des meubles.

    Les modules de béton sont séparés soit par les rails soit par des fers en T. En finition, ils sont cirés et ceinturés par un joint silicone incolore. Le second plan de travail en béton est en deux parties, il est également encerclé d’une cornière métallique et repose en débord sur un cadre en acier permettant de l’élever à 102 cm du sol. Il a été placé à cette hauteur pour faciliter l’encastrement de l’évier ; le plan de travail s’utilise ainsi de façon ergonomique.

    Sur la photo : La porte d’accès à la cuisine est conçue sur le même principe. Sa transparence invite la lumière à entrer dans le couloir latéral, tout en amplifiant visuellement le volume de la pièce. 

    © Antonio Duarte. Texte Catherine Levard / Architecte Rémi Thollet.

  • 6/22
    cuisine ilot central

    L’Îlot au coeur

    En pleine nature provençale, cette maison accueille une cuisine tout en fraîcheur rythmée par ses couleurs acidulées qui définissent clairement les fonctions : colonnes de rangement d’un côté et, au centre, l’îlot aux dimensions généreuses pour préparer les repas.

    Deux couleurs, deux organisations pour cette pièce qui se structure autour d’un important îlot secondé d’un grand meuble mural : une belle déclinaison du modèle “Regula” de Binova qui a été choisi pour son design pur et son ergonomie.

    Agencement bipolaire

    Le grand îlot est monté sur des pieds en aluminium extrudé qui, outre la facilité d’entretien, permettent de régler avec souplesse la hauteur. Point fort de cette cuisine, il s’installe au centre de la pièce, plan de travail multifonction : évier, appareils de cuisson et poubelle s’intègrent à la perfection.

    De nombreux rangements en composent la sous partie. Tandis que le meuble mural masque le stockage et abrite le gros électroménager. Le sol en carrelage noir brillant, par son effet miroir, met en valeur la plasticité de l’îlot. Quant à la lumière, naturelle et généreuse pendant le jour, elle est par ailleurs assurée par des spots allogènes sertis dans le plafond.

    Sur la photo : Outre les zones de lavage, préparation et cuisson, l’îlot offre une multitude de solutions pour le rangement : amples tiroirs équipés de freins et casseroliers côté cuisson, placard sous l’évier côté lavage, barre sur le flanc de l’îlot pour suspendre les ustensiles de cuisine qui restent ainsi à portée de mains.

    © Antonio Duarte

  • 7/22
    cuisine ouverte verte

    Fonctionnalité et design au centre

    L’îlot central, en finition de laque mate de couleur lilas, regroupe les trois zones vives de lavage, préparation et cuisson. Le centre de lavage, une grande cuve intégrée à fleur en usine (Binova), est doté d’accessoires escamotables pour découper et égoutter, tandis que la robinetterie (Eisinger) reste très sobre pour limiter l’impact visuel.

    En complément, une poubelle encastrée se fait elle aussi discrète. Le centre de cuisson, qui fait face à la zone de lavage, comporte un “Vario vapeur” et un “Vario Induction” (Gaggenau), ainsi qu’une plaque “Teppan Yakee” (Miele) pour la cuisson à vif.

    Une grande hotte (Amana) assure une aspiration efficace des fumées et des odeurs. L’espace réservé à la préparation des repas est généreux et encadre efficacement les aires de lavage et de cuisson.

    Le plan de travail est en pierre naturelle dont la finition a été traitée pour un effet béton pailleté. Côté baie vitrée, un coin repas a été aménagé en bout d’îlot, sur un simple débord du plan de travail.

    Un meuble qui cache bien son jeu

    Le rangement mural, en laque mate vert olive, accueille de généreuses colonnes de stockage. Il abrite également avec une discrétion remarquable le gros électroménager : invisibles le lave-vaisselle, le réfrigérateur et le congélateur !

    Un four complète l’équipement dans la dernière colonne. Pour éviter l’effet de lourdeur, deux meubles à rideaux métalliques automatiques, placés en retrait, ménagent une petite desserte très pratique.

    Sur la photo : Le meuble adossé au mur sur toute sa longueur est une suite de sept colonnes techniques intégrant de gauche à droite : un meuble de rangement et le lave-vaisselle en hauteur, deux meubles robot à ouverture escamotable pour ranger le petit électroménager, un réfrigérateur et un congélateur intégrables de largeur 90 cm, une armoire de rangement et une dernière colonne avec armoire haute de rangement, des tiroirs et le four encastré.

    © Antonio Duarte. Texte Anna Bredegeois / Architecte Stéphane Bernard, Mouvement.

  • 8/22
    cuisine ouverte poutres apparentes

    Traversée gourmande

    Habillée d’un rouge éclatant, cette cuisine s’offre en spectacle ! Poste central de la maison, elle s’inscrit dans un lieu de passage et s’affirme par son décor flamboyant.

    Dans un volume spacieux et ouvert, la cuisine offre un style moderne mis en valeur dans un environnement ancien. Placée au coeur d’une grande pièce, elle est délimitée par des vieux bois dressés en colombage dont le caractère rustique s’oppose à la blancheur immaculée d’un plafond peint à poutres apparentes.

    En rouge pour attirer le regard

    Le mobilier dessine une structure compacte alliant le rouge brillant des façades en polymère acrylique et le gris satiné d’un plan de travail en pierre de synthèse “Caesar-Stone” (Pierre de Plan). L’ensemble est aménagé contre un mur en pierres apparentes, nivelé en surface pour créer un adossement plan. A l’opposé du colombage qui sépare la cuisine de la salle à manger , des bois peints dessinent une arche que l’on franchit pour accéder au séjour.

    Sur la photo : Aménagée avec simplicité, la cuisine ouverte d’un côté sur le séjour et de l’autre sur la salle à manger, intègre l’escalier d’accès à l’étage sous lequel est placé le réfrigérateur.

    © Antonio Duarte

  • 9/22
    cuisine ouverte salle a manger

    Un aménagement simplifié

    Organisée en linéaire, la cuisine est enchâssée entre un pan de cloison maçonné et le colombage. De l’armoire où s’encastre le four à hauteur d’yeux jusqu’au retour du plan de travail dressé sur un piétement en Inox , le mobilier s’aligne sur deux niveaux en réservant la partie centrale au poste de cuisson surmonté d’une hotte (“Varadero” de Comprex).

    Des gris en symphonie

    Résolument contemporain, le matériau reconstitué choisi en plan de travail intègre plus de 95 % de quartz. A tous points de vue, il défie la comparaison. Sa structure minérale lui offre une résistance incomparable et sa surface extralisse laisse une sensation de douceur au toucher particulièrement agréable.

    De plus, ce matériau pratiquement inaltérable ne demande aucun entretien (sur mesure, de multiples coloris disponibles). Des dominos de cuisson s’y encastrent (foyers halogènes et gril), à côté d’une cuve d’évier toute ronde de 38 cm de diamètre (Franke) alimentée par une élégante robinetterie équipée d’une douchette (Luisina) et reliée à un osmoseur (Culligan) qui produit une eau purifiée.

    Au sol, le gris est révélé par un grès italien imitant les lames d’un parquet blanchi sous forme d’éléments de 125 x 50 cm (Point P).

    Sur la photo : Un parquet en trompe-l’oeil habille le sol. Il est constitué de lames en grès d’un gris nuancé facile à entretenir. Le retour du plan de travail sert de desserte à l’heure des repas. 

    © Antonio Duarte. Texte Catherine Levard / Réalisation Deauville Cuisine.

  • 10/22
    cuisine ouverte bloc

    Ouvertures mesurés

    De surface moyenne, la cuisine s’intègre dans la salle de séjour avec modération. Derrière une structure ajourée et graphique, elle préserve son intimité tout en se mettant en scène de façon colorée.

    Organisée sur une surface de 6 m2, la cuisine est implantée à l’intérieur d’une structure en MDF dont le graphisme et la mise en couleur contribuent à la décoration du lieu. En communiquant avec le séjour, elle échappe à l’isolement et s’ouvre à la convivialité invitant les curieux à participer aux tâches.

    Sur la photo : Installée dans le séjour , la petite cuisine s’expose au regard dans un écrin ajouré et coloré en MDF.

    © Antonio Duarte

  • 11/22
    interieur cuisine ouverte bloc

    Un plan simplifié

    On entre dans cette cuisine “à la dérobée” par un passage latéral ouvert dans la paroi en MDF qui forme, avec le mur de la pièce, un couloir d’accès aux chambres. Deux autres ouvertures, l’une découpée comme une fenêtre et l’autre sur une quasi-hauteur, donnent sur le salon. Elles font vite oublier la petitesse de l’espace intérieur en offrant des perspectives.

    Côté cuisine, le plan de travail en jatoba massif de 70 mm d’épaisseur dessine un U servant à la fois de surface de préparation et de passe-plats, tout en laissant assez de place pour l’encastrement d’un évier à deux cuves (Franke), et d’une table de cuisson vitrocéramique (Sauter) surmontée d’une hotte télescopique qui recycle l’air (Novy). En dessous, le four (Airlux) et le lave-vaisselle trouvent l’espace qu’ils requièrent.

    Sur la photo : Des éclairages en basse tension complètent l’apport de lumière naturelle. Les spots s’alignent sous des caissons qui chapeautent les plans de travail. A l’intérieur de la structure, la cuisine révèle un mobilier de ton neutre. La percée sur le séjour dégage une perspective qui évite tout effet d’enfermement.

    © Antonio Duarte

  • 12/22
    bar cuisine ouverte

    Du mobilier sur mesure

    Confié à un menuisier, le mobilier en MDF réalisé sur mesure reste très simple. Peint dans un ton suave, il se fait oublier au profit du graphisme et de la mise en couleur de la structure proprement dite. Un parti pris décoratif qui tend à mieux intégrer ce bloc rapporté dans la pièce à vivre. Le revêtement de sol évite la rupture. Il s’agit d’un stratifié posé flottant sur une sous-couche isolante pour atténuer les résonances.

    Des détails de premier ordre

    Les parois fixées entre elles suffisent à garantir la stabilité de la structure, ce qui permet de la désolidariser du plafond. Cet espace libre contribue à préserver visuellement la perspective et ouvre un passage à la lumière naturelle.

    Un éclairage complémentaire s’avère tout de même nécessaire, il est réalisé avec des spots en basse tension encastrés dans des caissons formant un semblant de plafond coiffant les plans de travail.

    Deux petites niches peintes en vert lumineux animent les parois de ton “aubergine” clair. Elles n’ont pas d’équivalent pour moduler ces surfaces et en briser la monotonie.

    Sur la photo : L’ouverture la plus grande est “coupée” transversalement par le plan de travail en jatoba sous lequel un caisson de rangement est suspendu.

    © Antonio Duarte. Texte Catherine Levard / Architecte Gwenola de Quelen.

  • 13/22
    cuisine ouverte esprit nature

    Esprit nature

    Ambiance conviviale autour d’un agencement ouvert et dégagé. Le chêne et la pierre calcaire confèrent un cachet unique à cette cuisine, à mi-chemin entre un style rustique revisité et une allure sagement contemporaine.

    Entre le séjour et la cuisine, on franchit un large passage que des portes indiennes ajourées, en bois sculpté, ferment partiellement. Par cette transition ponctuée, la cuisine demeure un espace ouvert révélant une arche centrale offerte en point d’accueil.

    Une sobriété savoureuse

    Dans cette pièce spacieuse, deux linéaires consécutifs occupent toute la longueur des murs. Le volume des rangements dispense de meubles en hauteur.

    Le choix s’est porté sur un ensemble de tiroirs à façades en chêne massif. De formats variables, et dotés de poignées en métal brossé, ils rythment l’aménagement valorisé par les plans de travail en belle pierre calcaire du Portugal (Moleanos, “Natural Concept”).

    Elle est reprise en plinthe, et de chaque côté des rangements, dans les jambages qui soutiennent le plan de travail chanfreiné (ép. 50 mm). Pour protéger les murs contre les coups d’éponge, c’est cette même pierre qui remonte en crédence sur 10 cm de hauteur, et qui compose également les cuves d’évier (L 42 x larg. 36 x P 27 cm, chacune).

    Comme pour tout matériau poreux sensible aux taches, un traitement par imprégnation s’est avéré nécessaire (“Imprégnateur antitaches Louis XIII”, Avel distribué par Valmour).

    Sur la photo : Séparée du séjour par des portes indiennes coulissantes, la cuisine se fait accueillante : elle invite à s’asseoir devant son arche en bois qui masque l’îlot. Deux linéaires revêtus d’un plan en pierre calcaire suffisent aux rangements.

    © Antonio Duarte

  • 14/22
    ilot central

    L’îlot et son arche

    De dimensions généreuses (L 180 x larg. 100 cm), l’îlot s’équipe de la table de cuisson à induction (Siemens) centrée dans le plan de travail en pierre.

    Des tiroirs encadrent le four intégré sous plan et contribuent à faire de cet îlot un poste de travail fonctionnel qui s’encastre partiellement sous une arche en chêne où l’on sert les repas. De hauteur supérieure, soit 110 cm alors que l’îlot atteint 92 cm, elle dissimule les accessoires qui encombrent le plan de travail à l’heure des repas.

    Elégante, l’arche de 10 cm d’épaisseur et 200 cm de longueur s’inscrit comme un élément d’architecture majeur mis en lumière sous le halo de spots encastrés dans une grande structure rectangulaire en chêne, suspendue au plafond par des câbles en acier enfilés dans des tubes inox. Une hotte décorative tubulaire (Electrolux Arthur Martin) la traverse, à l’aplomb de la table de cuisson.

    Sur la photo : L’îlot se compose de deux parties. En arrière-plan, une belle arche en chêne est réservée aux repas . Elle s’adosse au poste de travail majeur, avec four encastré, table de cuisson surmontée d’une hotte décorative, bac à déchets, ainsi qu’une petite cuve d’appoint. 

    © Antonio Duarte

  • 15/22
    cuisine ouverte bar repas

    Les détails à la loupe

    Face à l’évier, on profite de la vue sur l’extérieur. La robinetterie ne devant pas entraver l’ouverture de la fenêtre, celle-ci est dotée d’un système oscillo-battant. L’îlot dispose d’une petite cuve d’appoint latérale et d’une découpe rectangulaire dans le plan pour évacuer les déchets qui sont recueillis dans un bac intégré.

    On souffle le froid et le chaud du même côté, en accédant au réfrigérateur XXL (Samsung) placé à proximité d’un foyer en briques réfractaires. Construit dans un angle coupé, et valorisé par un cadre en chêne saillant (ép. 12 x larg. 9 cm), il s’utilise à la fois en barbecue, tout en se prêtant de temps à autre au crépitement d’une belle flambée.

    Un sol animé

    La pierre de Bourgogne et le chêne s’associent en revêtement de sol selon un calepinage particulier. L’îlot et son arche sont centrés sur un parquet constitué de lames de 16 mm d’épaisseur, et entouré de modules de pierre en quatre formats posés en opus.

    Sur la chape anhydrite justifiée par le chauffage intégré dans le sol, le scellement a été entrepris avec une colle à gâcher sans primaire spécifique (“Weber.col anhydrite” de Weber et Broutin).

    Sur la photo : L’îlot et l’arche reposent sur un parquet en chêne inscrit au coeur du dallage en pierre de bourgogne. Les façades de même essence créent une unité de ton dans cette ambiance naturelle. 

    © Antonio Duarte. Shopping Geneviève Lethu et Le Grand Comptoir 

  • 16/22
    cuisine ouverte sejour

    La cuisine joue l'ouverture

    Il y a différentes manières d’associer la cuisine au séjour. Reste à trouver les meilleurs compromis pour créer un espace de vie séduisant et fonctionnel.

    La cuisine ouverte répond-elle à un nouvel art de vivre ? Synonyme de convivialité, elle est au coeur de notre habitat, s’expose au regard et prétend à la décoration comme toute autre pièce. Il n’est plus question de confiner les fonctions, mais de les inscrire simultanément dans un volume spacieux. La réussite de cette démarche est conditionnée par les choix qui guident l’unification.

    Sur la photo : D’une élégante simplicité. En finition nature ou blanchi, le mobilier de belle facture présente des façades en chêne massif à panneaux en feuillure montés avec des chevilles d’assemblage. d’élégantes poignées en cuir à piqûres sellier en accentuent la personnalité. Le corps des meubles est constitué de panneaux de particules mélaminés de 18 mm et d’un fond en HDF laqué.

    La crédence s’habille de bois et regroupe des étagères qui allègent l’aménagement. Un module de transition s’équipe côté cuisine de rangements et d’une tablette en caillebotis pour recevoir les bouteilles.

    Son plateau débordant vers le séjour s’utilise à l’heure des repas ou des rafraîchissements. Unifiée par un sol en pierre, la pièce mise sur une harmonie générale. “Magellan”. Mobalpa.

    © Antonio Duarte. Texte Catherine Levard / Cuisine Saint-André, “Natural Concept”

  • 17/22
    cuisine ouverte bicolore

    Du confort au décor

    La cuisine ouverte est d’autant plus agréable à vivre si les équipements conjuguent esthétique et performance. Côté lave-vaisselle, niveau sonore réduit et départ en différé s’imposent ; l’évacuation de l’air vicié par la hotte est tenue d’offrir un haut-débit proportionné au volume de la pièce ; le réfrigérateur se doit d’être silencieux...

    Côté mobilier, on optera pour des matériaux dignes d’intégrer le séjour, tels que le bois, le verre et le métal, en organisant un agencement mural aéré, structuré par des étagères, des niches et des modules de petites dimensions qui animent la paroi sans l’encombrer. La décoration ambiante s’oriente vers une unité de style. La continuité du sol évite l’effet de rupture.

    En ville, béton teinté, parquet imputrescible ou revêtement stratifié conviennent aux pièces humides, auxquels s’ajoutent la pierre et la terre cuite à la campagne.

    Outre les matériaux, la couleur s’approprie l’espace par le biais de rappels et joue sur les harmonies entre les deux secteurs. Les façades, les accessoires en vue, la crédence et le plan de travail se font complices des textiles choisis au salon.

    S’ils se commandent indépendamment pour éclairer les secteurs à la demande, les luminaires accordent leur style sous forme de suspensions, d’appliques murales ou de spots en basse tension. L’espace cuisine s’équipe d’éclairages complémentaires dirigés sur le plan de travail et le poste de cuisson.

    Sur la photo : Séduisante en bicolore. Un style dynamique pour cette cuisine accueillante et fonctionnelle. Elle se sépare du séjour par un grand plateau en verre posé sur consoles et qui relie l’îlot au mur. Composé de deux éléments dos-à-dos, celui-ci offre une belle capacité de rangements.

    La table de cuisson encastrée dans le plan de travail stratifié est surplombée par une hotte design qui évoque un luminaire (“naked”). Le linéaire à gauche est surmonté d’un rangement mural pourvu de spots en basse tension qui éclairent le plan-évier.

    En arrière-plan, les armoires de faible hauteur accueillent appareils électroménagers et objets décoratifs. Les façades en panneaux de particule mélaminés (18 mm) trouvent des rappels de couleurs dans le séjour (en 6 décors). “Coba”. Socoo’c.

  • 18/22
    cuisine ouverte blanche

    Des rangements calculés

    Dans un volume ouvert, la capacité de rangement se réduit considérablement car la cuisine se prive d’une paroi d’adossement pour aménager un linéaire. Un élément de transition – îlot ou demi-cloison – s’avère souvent un compromis judicieux. Il tempère l’ouverture et réserve ainsi une intimité mesurée entre les deux parties de la pièce sans enfreindre l’esprit de convivialité initialement visé.

    Sur la photo : Façon meubles de métier. Belle simplicité pour ce modèle avec portes façades sur cadre chêne laqué au coloris ivoire. Les fermetures s’inspirent des meubles de métier et donnent à l’ensemble tout son caractère. La cuisine est agencée autour d’un îlot aux belles proportions qui accueille rangements et table de cuisson côté cuisine.

    Son plan de travail, en granite poli, forme un généreux débord qui sert à la fois de desserte, mais permet également de prendre petits déjeuners et repas en famille. “Lambres”. Cuisines Philippe.

  • 19/22
    cuisine ouverte bois

    Transparence et mobilité

    Le recours au cloisonnement vitré est souvent choisi pour ménager la perspective, préserver l’éclairement, tout en cantonnant les bruits et les odeurs dans la cuisine. Il est d’autant plus fonctionnel s’il est partiellement mobile. Cet agencement, idéal car modulable, nécessite souvent l’intervention de professionnels si l’on veut qu’il s’adapte sur mesure à la pièce et aux usages.

    En version gain de place, la cloison peut intégrer une porte coulissante qui n’encombrera pas le volume. Autre version : fixe en partie basse, et mobile en partie haute avec des vantaux articulés sur charnières ou des panneaux coulissants. Il est alors possible d’adosser du mobilier, des équipements sous plan ou un évier, choix qui en déterminent la hauteur.

    Sur la photo : Une ouverture ponctuée. Conçue dans un esprit convivial, cette cuisine s’organise en deux linéaires placés en vis-à-vis à 100 cm de distance. L’un est adossé à un muret de séparation surmonté d’une tablette face à laquelle on s’assoit volontiers. La hauteur est telle que le matériel posé sur le plan de travail et l’évier restent invisibles du séjour.

    Les façades en MDF de 19 mm à l’apparence authentique du noyer (papier décor verni) sont soulignées d’une note métallique en plinthe (papier décor verni). Elles dissimulent caissons et tiroirs en panneaux de particules mélaminés blanc de 16 mm. “Blues”. Lapeyre.

  • 20/22
    ilot multifonctions

    Structure mi-ouverte mi-fermée

    Le principe de “la boîte dans la boîte” offre une alternative. Retranchée derrière un cloisonnement en dur, la cuisine communique avec le séjour par un jeu d’ouvertures réalisées dans les cloisons. Son agencement s’en trouve facilité car on dispose d’appuis multiples pour placer les meubles. Entre les deux secteurs, le libre échange s’établit tout en permettant à chacun de conserver son autonomie.

    Sur la photo : Un îlot dans le vent. Elément prépondérant, déco et fonctionnel. A la fois plan de travail, il accueille évier et table de cuisson à fleur, et en partie basse, des rangements ouverts côté cuisine. Un second niveau, un peu moins haut, structure l’ensemble et se prolonge en une table-bar pour déguster confortablement les plats ou prendre un verre en bavardant avec le cuisinier.

    Autre fonction : de petites étagères ornent le devant de l’îlot côté salon, la petite déco et les livres s’y exposent. Les façades en panneaux de particules (ép. 19 mm) recouverts d’une couche de mélamine (ép. 2 mm) sont proposées en plus de 23 teintes, dont plusieurs décors bois (ici wengé fil horizontal). “Cromaline”. Chabert Duval.

  • 21/22
    cuisine ouverte comptoir

    Un “comptoir” de transition

    Autre solution, plus simple à mettre en place : le muret (en carreaux de plâtre ou de béton cellulaire, voire en bois), surmonté d’un plan bar, joue l’intermédiaire entre les pièces en offrant divers avantages. D’une hauteur d’environ 115 cm, il permet en effet d’adosser un aménagement parallèle qui augmente la surface utile côté cuisine.

    Sur la photo : Une prestigieuse finition. Séduction assurée pour une cuisine résolument contemporaine. Les rangements et l’électroménager intégrés dans le mur s’habillent de façades posées en applique pour valoriser leur finition laquée d’un brillant incomparable (12 coloris).

    Le traitement des supports en MDF et l’enrobage en polyuréthane interdisent les fissures même sur les points les plus sensibles.

    L’agencement épuré met en scène des rideaux coulissants en métal et valorise un îlot de transition qui offre des rangements dos-à-dos. L’évier s’intègre dans le plan de travail stratifié de ton bois, et la table de cuisson placée de côté s’inscrit en retrait contre une crédence habillée d’inox. “Kaïli”. Sagne.

  • 22/22
    salle a manger coeur cuisine

    Un coeur fonctionnel

    En agencement central, l’îlot occupe une place prépondérante dans la pièce. Reste à en déterminer les fonctions pratiques qui induisent un choix d’équipements adaptés et le positionnement de l’utilisateur. Par exemple, avec un évier intégré dans l’ îlot , on fait face au séjour lors de la préparation des repas, mais la robinetterie s’impose alors dans le champ visuel.

    Dans le choix de la table de cuisson en l’îlot, on est contraint de supporter la présence d’une hotte. Si ces aspects ne sont pas rédhibitoires, l’îlot s’avère très fonctionnel et convivial, et s’il est assez grand, très pratique pour accueillir les repas pris dans l’intimité...

    Sur la photo : Influences d’époque. Par son côté éclectique, la cuisine semble conter l’histoire. En alliant le traditionnel et le contemporain, elle marie des matériaux très divers comme le bois, la pierre naturelle et l’inox.

    Le linéaire est surmonté d’un plan en granite de 40 mm sur lequel repose une vitrine classique pour argenterie et verrerie fine. en vis-à-vis, le meuble d’un style très actuel qui associe portes vitrées et minitiroirs n’est pas de cette gamme, mais il l’accompagne sans dépareiller. Au-dessus de la table de repas, un lustre baroque donne à cette cuisine des allures de salon . “Beaux arts, flannel grey”. Siematic.

Modulation à la carte

L’objectif visait à transformer cette cuisine initialement fermée en un espace ouvert sur le séjour. En jouant sur la mobilité d’une cloison vitrée, la pièce paraît, à surface égale, nettement plus grande.

A l’origine, la cuisine enfermée entre ses quatre murs puisait la lumière par la fenêtre donnant sur la cour. Désireux d’échapper à l’exiguïté de la pièce, les propriétaires ont fait appel à un architecte afin qu’il trouve une solution qui n’exigerait pas de modifier le volume.

Sur la photo : Entre la cuisine et le passage d’accès au séjour, le couloir gagne en lumière. La perspective sur les pièces est préservée, que la cloison soit ouverte ou fermée.

© Antonio Duarte

+ de diaporamas

Commentaires

10 commentaires

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

10 commentaires sur "Une cuisine ouverte et bien pensée"

Signaler un abus

06/12 - 08:55

Anonyme

bonjour j'adore ce systeme mais ou peut on le trouver.Ce système est génial on peut ouvrir et fermer comme on veut phot avec les fenetres qui s ouvrent comme un evantail

Signaler un abus

30/09 - 21:40

Anonyme

Bonjour, pouvez vous me communiquer le nom de l'entreprise de la verrière accordéon ? Merci. Dupocel@wanadoo.fr

Signaler un abus

19/09 - 17:45

justinemaisondeco

Bonjour, Cette réalisation est l’œuvre de l'architecte Rémi Thollet. Nous n'en savons pas plus. Navrée ! Justine de Maison & Déco

Signaler un abus

18/09 - 12:40

maritams

bonjour, je souhaiterais savoir ou trouver le système de baie vitrée sur rail. merci

Signaler un abus

24/04 - 10:08

Anonyme

Pour préciser ma demande, je souhaite des informations sur le projet de cuisine avec la baie vitrée qui se replie en angle (la N°1/22), cordialement.

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances
Votre projet 3D