Des volets très déco

Le 2 juin à 13h58 - Maison & Travaux

Quand ils quittent leur fenêtre, les contrevents et autres persiennes trouvent aisément une reconversion en décoration intérieure. Laissés dans leur jus ou légèrement relookés, ils filtrent la lumière et s'en jouent.

Idée déco réalisée par Catherine Levard
Maison&Travaux N°225 Juin 2010

  • 1/8
    Anciens volets reconvertis en vantaux

    La récupération étant de mise dans ce décor champêtre, les anciens volets, qui ont été remplacés, trouvent ici leur reconversion. Malgré leur état vétuste, ils ne dépareillent nullement car les portes de communication proviennent également d’un bâtiment annexe voué à la démolition. Les vantaux sont montés en applique devant deux bibliothèques, réalisées en bois, situées de part et d’autre du passage ouvert entre deux pièces. Ils sont simplement munis de trois pentures en té (dite penture anglaise), fixées au niveau des traverses. La partie verticale de la penture est vissée sur la joue extérieure de la bibliothèque; la partie horizontale, sur l’arrière du volet. Photo : Inside/House of Pictures/Toresdotter

  • 2/8
    Persiennes recyclées en portes coulissantes

    Réutilisés tels quels, ces volets ont conservé leur longue poignée, celle qui permet d’orienter les persiennes pour jouer avec la lumière ou l’intimité. Recyclés en portes coulissantes, entre une chambre et sa salle de bains attenante, ils sont suspendus à un rail encastré dans une poutre. Pour compenser l’écart de hauteur entre sol/plafond et les portes, il a fallu transiger et trouver un juste équilibre. Une poutre de récupération (section de 9 x 10 cm) est ajoutée dans le sens transversal de la pièce. Scellée de mur à mur et vissée dans les nez en bois rapportés sur les chants des cloisons, en carreaux de plâtre hydrofuge, elle dispose d’une rainure à mi-largeur (30 x 30 mm). Réalisée avec une défonceuse avant de dresser la poutre, cette rainure permet d’y encastrer le rail, vissé à l’intérieur, dans lequel circulent les chariots fixés au-dessus des volets. Pour éviter le ballant lors des déplacements, les volets sont stabilisés en partie basse par des guides en nylon, vissés en applique sur les nez de cloison (photo ci-dessus). Une partie de ces pièces en forme de « U » vient s’encastrer à mi-épaisseur des volets, dans une rainure réalisée dans le chant inférieur avant le montage. Photos Antonio Duarte

  • 3/8
    Séparation mobile J-C Ventalon

    C’est le règne de l’ambiance tropicale, accentuée par les grandes séparations mobiles, tout autour de la pièce centrale, qui donnent accès à la chambre, la cuisine, le coin TV. Elles modulent les arrivées de lumière aux quatre coins. Réalisée en pin, la cloison coulissante se distingue par sa teinte dorée et la finesse de ses lamelles inclinées, intégrées de haut en bas dans des cadres doubles, sans traverse intermédiaire. Un rail fixé au plafond et dissimulé derrière un bandeau, et des chariots vissés au-dessus des panneaux permettent leur dégagement latéral. En partie basse, ils sont dirigés par des guides de sol, qui leur évitent de prendre du ballant, et des butées d’arrêt. Le bois étant un matériau vivant, les lamelles très fines subissent de petites déformations naturelles qui ne font toutefois qu’apporter du charme à cette composition délicate. D’ailleurs, ne convient-elle pas parfaitement au style de la verrière à montants en bois ? Architecte : J-C Ventalon. Photo Patrick Eoche

  • 4/8
    Vantaux persiennés

    Pour répondre à l’esprit du lieu, et donner la réplique à la porte du placard de la salle de bains, ces vantaux persiennés sont réalisés sur mesure par un menuisier pour séparer celle-ci de la chambre voisine. D’un charme incontestable, les vantaux présentent deux séries de lamelles, inclinées sur toute leur hauteur, sachant que leur orientation condamne, à propos, la vue vers la pièce consacrée aux ablutions, discrétion et intimité oblige ! Une traverse intermédiaire est solidarisée au cadre par un assemblage à tenon et mortaise. Un cadre fixe à feuillure est rapporté autour de l’ouverture, réalisée dans une cloison en carreaux de plâtre, pour pouvoir fixer les paumelles. Les feuillures qu’il comporte permettent d’intégrer les vantaux, solution plus esthétique qu’un montage en applique. Photo Inside/H&L/L. Botha

  • 5/8
    Une cuisine cachée par des portes persiennes

    Aménagé sous les combles, ce petit studio bénéficie d’un coin cuisine qui, intégré à l’espace de vie, sait se faire oublier entre les repas. Murs, rampants et plafond s’habillent de bois sous forme de lambris à lames larges, peints en blanc pour préserver l’éclairement. Il fallait trouver une idée complice pour dissimuler la petite cuisine qui intègre tout le nécessaire. Elle disparaît ainsi derrière des portes persiennées qui ménagent la ventilation et jouent de leur charme. Une fabrication sur mesure pour contourner les difficultés des découpes occasionnées par la pente du toit et la présence des poutres apparentes. Des paumelles classiques servent à articuler ces portes comme s’il s’agissait de véritables volets. Des aimants les maintiennent fermés. Photo Luxproductions.com

  • 6/8
    Grands panneaux persiennés

    Nul ne sait d’où proviennent ces grands panneaux persiennés qui disposaient de paumelles. Les propriétaires en ont défini l’usage au premier coup d’oeil en passant devant la vitrine d’un brocanteur. A peine quelques centimètres de moins que la hauteur d’un grand mur ! qu’ils ne savaient comment habiller si ce n’est avec du bois pour dissimuler des traces d’humidité. L’affaire est conclue le jour même; le projet bien en tête ! Les paumelles sont démontées et les panneaux fixés sur une ossature en bois, vissée au mur. Des ruptures entre les tasseaux ménagent la ventilation de la paroi; de leur côté, les persiennes évitent d’enfermer l’humidité. En partie haute et basse, de simples bandeaux en bois récupèrent l’écart de hauteur. Ils sont également vissés sur les tasseaux muraux. Photo Antonio Duarte

  • 7/8
    Vantaux pliants en chêne massif

    Entre l’entrée et le séjour, il manquait une ponctuation dans un passage grand ouvert. Pour pouvoir se retrancher au sein de cette vaste pièce de vie et la rendre, par la même occasion, plus conviviale et intime, une séparation légère marque le pas. Les vantaux pliants en chêne massif sont issus d’une récupération. Décapés en plusieurs étapes (tant ils étaient revêtus de couches de peinture !), ils révèlent la beauté d’un bois noble. Pleins en bas et à lamelles orientables en partie supérieure, ces volets se replient l’un sur l’autre pour élargir le passage si nécessaire, ou se déploient pour accentuer la rupture entre les deux secteurs. On gère l’orientation des lamelles pour dégager la vue ou la condamner, sans pour autant priver de lumière l’entrée qui ne dispose pas de fenêtre. Côté mur, le vantail fixe est simplement vissé avec trois équerres discrètes. Photo Antonio Duarte

  • 8/8
    Cloison en tilleul

    D’un côté la cuisine, de l’autre le séjour. La cloison est composée d’un grand panneau en tilleul, teinté wengé, divisé en trois parties égales. Chacune comporte des lamelles qui s’articulent avec un système métallique invisible, placé à l’arrière de celles-ci. L’orientation s’effectue avec la main par simple pression. Le bois est choisi de haute qualité pour éviter tout risque de déformation dans une structure sans traverse médiane. Ce système de cloison fixe est à retenir pour préserver la perspective et rompre la monotonie d’une paroi de grandes dimensions : il laisse la lumière circuler sans retenue et ajoute une touche exotique à la décoration intérieure. Le vantail parfaitement ajusté au format de l’ouverture est fabriqué sur mesure. Il est vissé sur les quatre côtés dans l’épaisseur de la cloison. En version coulissante ou pliante coulissante, ce type de cloison se décline en diverses essences et se fabrique sur mesure pour s’adapter à toutes les situations. Réalisation Jasno Shutters. Doc. Jasno Shutters

La récupération étant de mise dans ce décor champêtre, les anciens volets, qui ont été remplacés, trouvent ici leur reconversion. Malgré leur état vétuste, ils ne dépareillent nullement car les portes de communication proviennent également d’un bâtiment annexe voué à la démolition. Les vantaux sont montés en applique devant deux bibliothèques, réalisées en bois, situées de part et d’autre du passage ouvert entre deux pièces. Ils sont simplement munis de trois pentures en té (dite penture anglaise), fixées au niveau des traverses. La partie verticale de la penture est vissée sur la joue extérieure de la bibliothèque; la partie horizontale, sur l’arrière du volet. Photo : Inside/House of Pictures/Toresdotter

+ de diaporamas

Commentaires

Aucun commentaire

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

Aucun commentaire n'a encore été déposé. Soyez le premier à donner votre avis !

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances
Votre projet 3D