5 portes de grange réinventées avec goût !

Le 30 juillet à 12h29 - par - Maison & Travaux

Mémoire de la construction, elles font entrer la lumière en abondance et avec élégance. Orientées au sud, certaines sont à même de contribuer au chauffage.

  • 1/12
    vieille grange

    1) Une porte qui offre un agréable compromis 

     À l’origine, l’ouverture cintrée n’avait pas de porte, ce n’était qu’un passage ouvert donnant accès au fenil situé sous les combles . Elle est aujourd’hui fermée par une menuiserie aluminium qui éclaire un vaste séjour. Équipée de doubles vitrages à isolation renforcée, cette menuiserie est découpée en trois châssis de même largeur : au centre, une porte ouvrant à la française entourée de deux châssis fixes; au-dessus, un châssis central à soufflet pour l’aération et deux châssis fixes; l’ensemble ayant un cintre qui épouse celui de la baie. 

    Côté maçonnerie, il n’y avait pas de belles pierres d’encadrement et après avoir mis à nu les moellons de la façade, c’est au mortier bâtard qu’a été réalisé cet entourage qui fait ressortir l’ouverture. Le problème d’occultation de la baie restait entier. 

    © A. Duarte

  • 2/12
    grande porte vitrée

    1) Une porte qui offre un agréable compromis 

    Comme cette grange est encadrée d’une porte et d’une fenêtre assez proches, il n’était pas question d’installer des volets car les battants risquaient de se chevaucher. La solution adoptée est celle d’un battant unique monté sur système coulissant. Le rail est fixé sur la façade juste au-dessus de l’ouverture et le battant bois est suspendu au rail par l’intermédiaire de plusieurs montures à galet (ferrure Mantion).

    Cette porte en s’ouvrant vient recouvrir totalement la petite ouverture voisine mais un volet découpé dans la porte préserve le passage. En position fermée, le volet coulissant ressemble aux portes des granges d’alentour, protégées par un auvent et souvent percées d’une petite porte piétonne. 

    © A. Duarte

  • 3/12
    grange ancienne

    1) Une porte qui offre un agréable compromis 

    Architecte Agnès Marchaud/Agence Biplan Enduits intérieurs Clément et filles.

    © A. Duarte

  • 4/12
    contour de porte vitré

    2) Une porte intemporelle 

    Situé dans un site classé, ce bâtiment devait conserver ses ouvertures d’origine, y compris les deux imposants battants de bois de la porte de grange.

    D’une part, l’architecte des Bâtiments de France souhaitait que soient utilisés des matériaux locaux pour traiter la fermeture de cette baie charretière de grande hauteur. D’autre part, les propriétaires avaient opportunément trouvé, lors d’un séjour dans la Drôme, une porte ancienne de style classique (XVIIIe) et l’avaient achetée sans avoir une idée très précise de son mode de réemploi.

    L’architecte chargé de la rénovation a, quant à lui, concilié ces données en imaginant un encadrement de pierres de pays positionné au centre de la baie. Fait de trois blocs monolithiques, le portique accueille les deux battants asymétriques de l’antique porte en bois massif. 

     

     © A. Duarte

  • 5/12
    6

    2) Une porte intemporelle

    Même si les jambages et le linteau sont taillés dans une pierre qui “sonne clair”, gage de dureté et d’homogénéité, il fallait assurer la stabilité du portique. La solution adoptée est particulièrement discrète : un fer plat (section de 70 x 8 mm) traverse toute la largeur de la baie d’origine. Il est scellé dans la maçonnerie ancienne, de part et d’autre de l’encadrement, et engagé dans une rainure pratiquée sur le dessus du bloc formant le linteau de porte.

    Le fer plat disparaît entre les châssis vitrés qui entourent le bloc porte. Il s’agit de châssis fixes en bois peint équipés de doubles vitrages avec face extérieure en verre translucide (“SGG Arena C” de Saint Gobain Glass) pour préserver l’intimité du hall d’entrée.

    © A. Duarte

  • 6/12
    porte patinée

    2) Une porte intemporelle

    Architecte Christian Bénitte.

    © A. Duarte

  • 7/12
    porte arrondie

    3) Une porte lumineuse 

    La blancheur du tuffeau confère au bâtiment une allure contemporaine qui ne laisse pas soupçonner sa destination initiale. La grange qui abritait bétail et fourrage s’est métamorphosée en un gîte accueillant auquel on accède par une grande baie cintrée et vitrée qui invite la lumière à volonté.

    Les dimensions de l’ouverture, conservées telles quelles, ont imposé la réalisation d’une menuiserie sur mesure en déjouant les irrégularités de l’arche. Pour mener à bien cet audacieux projet , un gabarit a été découpé sur place et expédié à l’usine dans le but d’en commander la réplique. Le châssis en aluminium (Technal) est pris en feuillure dans la pierre autour du tableau. 

    © A. Duarte

  • 8/12
    grande porte lumineuse

    3) Une porte lumineuse 

    Les profils intermédiaires divisent la baie en trois travées de même largeur (90 cm), rythmées par des traverses basses de même section (40 x 40 mm). Entre deux travées fixes, l’ouvrant intermédiaire, monté sur paumelles, s’articule vers l’intérieur.

    L’absence de seuil entre le dallage en terre cuite et le bois extérieur est compensée par un joint balai intégré sous l’ouvrant. Il limite les entrées d’air et ce d’autant mieux que la porte est parfaitement ajustée. Côté double vitrage, un vitrage de sécurité renforcée est choisi en extérieur. Grâce à ses deux verres de 4 mm reliés par plusieurs films PVB, ce vitrage a un fort pouvoir retardateur d’effraction. 

    Gîte Rêve de pêcheur. Architecte Hélène Lafourcade.

    © A. Duarte

  • 9/12
    10

    4) Une porte aux courbes rythmées 

    Orientée au sud-est et protégée des fortes chaleurs par un énorme tilleul, la façade de ce grand mas provençal laissait clairement deviner les différentes fonctions des volumes construits. Avec le projet de transformer les surfaces des bâtiments agricoles en pièces d’habitation, on a conservé une partie des ouvertures existantes : la porte de grange et la fenêtre du fenil située juste au-dessus.

    Par contre, pour éclairer plus largement le reste du volume, une porte et une fenêtre existantes ont été converties en bandeau lumineux qui s’élève sur les deux niveaux. 

    Photo 10. Reportage complet dans le M&T n°204, p 131 et suiv. Photo G. Defois

  • 10/12
    grande porte vitrée

    4) Une porte aux courbes rythmées 

    Les menuiseries qui équipent toutes ces ouvertures sont réalisées en profilés d’acier traités anticorrosion et peints de couleur noire. Les montants et les traverses sont placés de manière à découper la surface vitrée en modules carrés, ce qui crée un rythme agréable et donne une homogénéité à l’ensemble.

    La menuiserie de la porte de grange est faite de châssis fixes encadrant une porte fenêtre à deux battants. Le bandeau lumineux se compose d’une porte à deux vantaux et d’une fenêtre à l’étage, séparées et surmontées par des châssis fixes. 

    © G. Defois

  • 11/12
    maison pierre avec piscine

    4) Une porte aux courbes rythmées 

    © G. Defois

  • 12/12
    porte ancienne

    5) Une porte orientée côté Nord ! 

    Toutes les portes de grange n’ont pas la chance d’être orientées plein sud. Celle-ci, à peine touchée par le soleil du matin, s’ouvrait sur une campagne où les hivers sont rudes. Pour protéger la chambre aménagée derrière ces murs, la baie est fermée par une maçonnerie dressée en retrait de l’embrasure, dans l’épaisseur de l’isolation intérieure.

    À cette volonté de conserver le relief de l’encadrement cintré, s’ajoute l’authenticité des anciens battants de porte dont les bois, réemployés, habillent maintenant le mur. Dans le même esprit, la chambre est éclairée par une jolie petite fenêtre au centre de la baie. Équipée de volets anciens retaillés à sa mesure, elle semble installée là depuis toujours

    © Guy Bouchet/Photononstop

1) Une porte qui offre un agréable compromis 

 À l’origine, l’ouverture cintrée n’avait pas de porte, ce n’était qu’un passage ouvert donnant accès au fenil situé sous les combles . Elle est aujourd’hui fermée par une menuiserie aluminium qui éclaire un vaste séjour. Équipée de doubles vitrages à isolation renforcée, cette menuiserie est découpée en trois châssis de même largeur : au centre, une porte ouvrant à la française entourée de deux châssis fixes; au-dessus, un châssis central à soufflet pour l’aération et deux châssis fixes; l’ensemble ayant un cintre qui épouse celui de la baie. 

Côté maçonnerie, il n’y avait pas de belles pierres d’encadrement et après avoir mis à nu les moellons de la façade, c’est au mortier bâtard qu’a été réalisé cet entourage qui fait ressortir l’ouverture. Le problème d’occultation de la baie restait entier. 

© A. Duarte

+ de diaporamas

Diaporama précédent

Commentaires

Aucun commentaire

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo.
Si vous ne vous connectez pas, votre commentaire apparaîtra en Anonyme.

Aucun commentaire n'a encore été déposé. Soyez le premier à donner votre avis !

Derniers articles déco

toutes les actus et tendances
Votre projet 3D